Le prélèvement à la source sera mis en place à partir l’année 2019. Cela concerne aussi les revenus fonciers (issus des locations nues). Mais la déduction des travaux est impactée dès 2018, c’est un aspect encore peu connu.

Reportez les petits travaux en 2020

Si vous faites des petits travaux en 2018 et 2019, la déduction de ces travaux ne sera prise en compte que pour 50% de leur montant. Vous avez donc intérêt à reporter les travaux à 2020.

Pourquoi ?

  • Les revenus réguliers de 2018 ne seront pas taxés, 2018 étant une année « blanche ».
  • Afin que les propriétaires ne reportent pas certains travaux non urgents (travaux dits « pilotables », par exemple le remplacement de fenêtres, un ravalement…), le législateur a prévu une mesure de transition :
  • Les travaux réalisés en 2018 et 2019 seront déductibles uniquement sur les revenus de l’année 2019 selon la formule :

    Travaux déductibles en 2019 = ( Travaux 2018 / 2 ) + ( Travaux 2019 / 2 )

Exemple :
* 1000€ de travaux réalisés en 2018 ou en 2019
* Aucune déduction effective en 2018 du fait de l'année blanche
* Déduction de 50% soit 500€ déductibles sur les revenus fonciers de 2019

Bilan : pour 1000€ de travaux, seuls 500€ sont effectivement déduits.

Des gros travaux ? Privilégiez 2018.

Si vous avez des (très) gros travaux à faire, faites-les en 2018, sous certaines conditions vous pouvez bénéficier d’une double déduction avantageuse.

Mais surtout, évitez de faire les travaux en 2019, vous ne pourrez les déduire que pour moitié : dans ce cas, mieux vaut reporter à 2020.

Pour les travaux entrainant un déficit foncier supérieur à 10 700€, l’excédent de déficit sera reporté sur 2019. Et ces travaux pourront aussi être déduits pour moitiés sur les revenus de 2019. Dans certains cas, le montant déductible pourra même être supérieur au montant des travaux.

Exemple :
* Revenus fonciers 2018 = 10 000€
* Revenus fonciers 2019 = 20 000€
* Travaux 2018 = 60 700€
* Déficit foncier 2018 = 10 000 - 60 700 = -50 700€
* Déficit foncier affecté au revenu global de 2018 = 10 700€ (« perdu » car année blanche)
* Déficit foncier reportable sur 10 ans = 40 000€
* Déduction des travaux 2018 en 2019 = 60 700 / 2 = 30 350€

Bilan : des travaux de 60 700€ apportent une déduction de 40 000€ + 30 350€ = 70 350€


Vous l'aurez compris : seuls de très importants travaux conjugués à des loyers faibles rendent intéressant des travaux en 2018.

2 commentaires SUR

  • Brigitte 04 juin RÉPONDRE

    Bonjour, l'an dernier, j'ai déclaré mes revenus fonciers avec le régime micro foncier. Cette année, je souhaite passer au régime réel car des travaux ont été effectués par le syndic (rénovation d'un mur de la cour qui menaçait de s'effondrer). J'ai donc versé au syndic en 2019 2600€ de provisions pour charges (1000€ de charges courantes et 1600€ pour les travaux qui ont été effectués en 2019). Dois je déclarer les 2600€ dans la ligne 229 ou dois-je les dispatcher entre la ligne 229 pour les charges courantes et la ligne 224 pour les travaux ? Et dois je reporter le cout total des travaux ou uniquement 50% Je vous remercie pour votre réponse.

  • Paul 04 juin RÉPONDRE

    En effet, vous avez intérêt à passer au régime réel afin de déduire les travaux réalisés. Pour rappel, l'option au réel est irrévocable pour 3 ans, c'est-à-dire que vous devrez déclarer 3 années de suite au réel. Mais cela n'enlève par l'intérêt du régime réel. En ligne 229, il faut déclarer les charges courantes pour 1000€. A la ligne 224, il faut déclarer les travaux de rénovation du mur. Dans la mesure où il s'agit de travaux de conservation urgents, vous pouvez déduire 100% du montant en 2019. Mais c'est la date de règlement de travaux aux entrepreneurs qui est à prendre en compte, indépendamment des versements des provisions au syndic.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Vous recevrez un mail lorsqu'une réponse sera postée.

Découvrez Immobilier Loyer, logiciel de gestion locative.

Logiciel simple et complet pour particuliers et SCI. Version découverte gratuite 30 jours.