Tout comme pour un bail de location meublée, le loyer et les charges liés à une location saisonnière sont placés sous la fiscalité des revenus locatifs meublés. Deux régimes fiscaux sont proposés : le bailleur doit rédiger soit une déclaration en micro-BIC, soit une déclaration meublé au réel.

La déclaration fiscale pour une location saisonnière

Les revenus d'un logement proposé en location saisonnière doivent être obligatoirement déclarés. Les sommes perçues (loyers et charges) sont imposables. Tout comme les locations meublées utilisées pour une location à l'année, les revenus des locations de courte durée sont catégorisés dans les Bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

La déclaration de revenus pour la location saisonnière doit être faite anuellement par le bailleur.

Deux régimes fiscaux sont proposés pour la location saisonnière :
- le régime micro BIC, pour les revenus inférieurs à 70 000€ par an, entraine un abattement forfaire de 50%
- le régime meublé au réel, sur choix du contribuable ou pour les revenus supérieurs à 70 000€, est en général plus avantageux, car il permet de déduire toutes les charges ainsi qu'un amortissement annuel.

Le régime micro BIC

Le régime micro BIC ou forfaitaire permet au bailleur de profiter d’un abattement forfaitaire sur ses recettes annuelles. L'abattement est appliqué sur le loyer et les charges. Toutefois, le propriétaire ne pourra pas avoir de déductions supplémentaires.

Le régime micro BIC est très simple : il ne nécessite pas l’aide d’un comptable et la rédaction de la déclaration de revenus peut être réalisée par le bailleur lui-même.

Sauf demande contraire du bailleur, le régime micro BIC est appliqué d'office pour des recettes inférieures à 70 000 euros par an. Sur ces recettes, la moitié des loyers et des charges est imposable.

Pour les chambres d’hôtes, les meublés de tourisme ou les gîtes classés, le régime micro BIC offre un abattement forfaitaire de 71 % sur les recettes.

Logiciel Immobilier Loyer

Votre outil de gestion locative

Gérer ses biens immobiliers n’a jamais été aussi facile !

La déclaration meublée au régime réel

Grâce à la déclaration meublée au régime réel, le bailleur peut déduire l’ensemble des frais et des charges de la location sur les recettes annuelles. Par son biais, il est possible de déduire les charges de propriété et de gestion ainsi que la totalité des charges locatives.

Et le régime réel permet surtout au propriétaire de déduire un pourcentage de la valeur du bien : cette déduction est appelée amortissement. Cet amortissement est appliqué au prorata de la durée de la location saisonnière.

Le régime réel est appliqué automatiquement sur les locations saisonnières classiques dont les recettes sont supérieures à 70 000 euros. Il peut également être contracté sur option si les sommes annuelles gagnées ne dépassent pas les 70 000 euros. Toutefois, cette option n’est utile que si les frais, les charges et l'amortissement déductibles du bailleur représentent plus de la moitié de ses recettes annuelles.

Dans le cas des logements classés et des chambres d’hôtes, le régime réel s’applique dès lors que les recettes annuelles dépassent les 170 000 euros. Une option est également disponible sur ce régime si les sommes gagnées sont inférieures ou égales à 170 000 euros. Toutefois, cette mesure n’est conseillée au bailleur que si les frais et les charges déductibles sont supérieurs à 71 % des recettes.

0 commentaire SUR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Vous recevrez un mail lorsqu'une réponse sera postée.

Découvrez Immobilier Loyer, logiciel de gestion locative.

Logiciel simple et complet pour particuliers et SCI. Version découverte gratuite 30 jours.